Partager sur
Facebook

Partager sur
Twitter

Partager sur
Linkedin

Le LIFE NaturArmy est un programme LIFE Gouvernance et Information dont l’impact doit être évalué. Trois angles ont été choisis : la gestion des espaces naturels, les actions de sensibilisation et de gouvernance ainsi que l’évaluation socio- économique.

Les objectifs de l'action et les résultats attendus

L’enjeu majeur de communication du LIFE NaturArmy est de faire prendre conscience que les armées ont un rôle environnemental majeur à l’échelle nationale et européenne. Voici les engagements pris :

Engagement quantitatif du LIFE NaturArmy – Crédits : MINARM

Des actions de communication et de sensibilisation vont être mises en place auprès des cibles principales suivantes : les agents du ministère des Armées (MINARM) ; les acteurs de la biodiversité ; les élus.

Leur impact sera évalué au cours du projet.

Afin de connaitre l’impact de la gestion du ministère sur la biodiversité, il est prévu de :

  • Améliorer la connaissance de la biodiversité sur les sites pilotes

Sur chaque site pilote, des inventaires complémentaires seront réalisés pour compléter la connaissance du patrimoine naturel.

  • Analyser l’évolution de la biodiversité

Ces diagnostics complémentaires permettront d’analyser (en fonction des contextes locaux) :

    • l’état de la biodiversité actuelle en lien avec la gestion menée sur les terrains militaires
    • l’évolution de la biodiversité depuis la mise en œuvre des Documents d’Objectifs (DOCOB) pour l’atteinte des objectifs

Pour réaliser ces diagnostics , plusieurs types de démarches seront mises en place :

    • Sur les camps de Montmorillon et de Suippes, la révision des DOCOB sera l’occasion d’une analyse de l’évolution de la biodiversité et de la gestion réalisée sur les sites
    • Sur les autres sites, une analyse des données d’inventaires et de l’historique de gestion sera menée

La préservation de la biodiversité est généralement considérée comme un coût. Une étude spécifique va tenter de mesurer les bénéfices économiques (monétaire et non monétaire) du projet LIFE NaturArmy dans les territoires et plus généralement de la gestion des terrains militaires en faveur de la biodiversité.

Inventaire Papillon - Crédits Thomas Stannard

Où en est-on ?

Un premier bilan quantitatif a été réalisé pour la périodes Septembre 2019 – Décembre 2020.

  • Améliorer la connaissance de la biodiversité sur les sites pilotes 

      Chaque Conservatoire d’espaces naturels (CEN) bénéficiaire du LIFE a démarré un programme d’amélioration de la connaissance de la biodiversité des sites pilotes. Par exemple sur le site de Romorantin, des inventaires flore (établissement d’une liste de la flore du site), habitat (cartographie en coordination avec la typologie de Natura 2000 et du système d’information de l’Union Européenne (EUNIS)) et faune (lépidoptère, amphibiens et avifaune) ont été réalisés en 2020.

  • Analyse de l’évolution de la biodiversité

Suite à l’analyse des jeux de données disponibles (type de donnée, date, protocole…) par l’Université de Bretagne Occidentale, nous allons nous concentrer sur :

  • L’évaluation de l’état de conservation des pelouses/prairies réalisée sur le camp d’Avon et une partie de Suippes
  • Le suivi des pontes de Maculinea (PNA) sur les gentianes sur la base de Cazaux, car le protocole est resté le même
  • Le suivi de l’avifaune sur le camp de Montmorillon.

Ces données pourront être comparées aux données régionales et nationales ainsi qu’aux résultats obtenus dans le cadre de la thèse.

Une évaluation des bénéficies  socioéconomiques générés par la gestion des terrains militaires en faveur de la biodiversité a été réalisée en 2020.

Dix-huit services écosystémiques rendus par les terrains militaires du LIFE NaturArmy et potentiellement impactés par le projet ont été identifiés et hiérarchisés :

  1. Le service d’utilisation de la nature pour le développement de compétences,
  2. Les services de régulation d’événements extrêmes et de protection contre les incendies,
  3. Le service d’élevage d’animaux pour différents usages,
  4. Le service de régulation des conditions atmosphériques.