Partager sur
Facebook

Un outil d’innovation

En marge de ce premier projet Life nature français sur des camps militaires, plusieurs avancées notables ont pu être réalisées.

  • Le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine a fourni la première étude française sur l’importance des acteurs militaires dans la sauvegarde du patrimoine naturel de France avec des résultats réjouissants.
  • Au-delà de la bonne application du droit européen, nous avons modifié la loi française (loi du 8 août 2016) afin de permettre de confier la gestion du domaine public et privé de l’état à un CEN agréé.
  • Un brevet a été déposé par GAMAR sur la méthodologie de lutte contre le robinier, sans produit chimique. Elle permet d’atteindre 75 à 99% de mortalité en 1 ou 2 passages. Une révolution !
  • Un traitement statistique des données a été réalisé par Marie Leroux Environnement pour améliorer la connaissance sur les chauves-souris au-delà du camp de Chambaran.
  • L’importance du risque pyrotechnique bénéficie maintenant d’une procédure de diagnostic et dépollution préalable des terrains, permettant ainsi de réaliser des travaux de gestion.

 

L’impulsion nationale et régionale se poursuit

Les gestionnaires de chacun des quatre sites expérimentaux poursuivent la bonne gestion écologique du site en complémentarité avec les autorités militaires : élaboration d’un 1er plan de gestion et travaux complémentaires sur les digues de Chambaran, d’un document d’objectifs de la ZPS sur les Garrigues avec l’installation d’une lavogne complémentaire, des négociation avec la Métropole de Toulon pour le Mont Caume, puis une nouvelle convention se prépare avec les militaires de la base d’Aspretto…

Enfin, ce projet Life a fait émerger deux nouveaux projets Life entre Armée et CEN : La Valbonne et NaturArmy.

Quelques espèces remarquables

Les partenaires du projet