Partager sur
Facebook

Partager sur
Twitter

Partager sur
Linkedin

Les activités militaires sur le camp de la Valbonne

Le camp de la Valbonne héberge 2 régiments de l’Armée de Terre: le 68°Régiment d’artillerie d’Afrique qui est responsable de la gestion et des usages des zones d’entraînement et le Régiment Médical qui assure le soutien médical des unités en opérations.

La zone du projet est utilisée pour la préparation opérationnelle des forces : entraînement aux tirs, manœuvres, aguerrissement, combat en zone urbaine, sont indispensables pour remplir les missions. Cette mise en condition sur le terrain est complétée par des outils de simulation.

In fine, pour le combattant il s’agit toujours de décliner les actes élémentaires : se déplacer, se poster et utiliser ses armes

L’entraînement au tir

Combinaison de mouvements et de feux, le combat des forces terrestres exige que ses unités délivrent avec précision ces feux. Cela implique notamment que ces unités puissent mettre en œuvre régulièrement, sur des infrastructures de proximité, des activités de tir réel, principalement avec les armes légères d’infanterie, mais aussi avec des charges explosives.

Sur le camp, ces infrastructures d’entraînement au tir sont nombreuses et sont aussi mises à disposition d’autres services : Police nationale, Administration pénitentiaire, Douanes, …

Zone de tir pour les armes de petits calibres
Canons CAESAR en exercice

La manœuvre

La manœuvre regroupe les activités d’une troupe militaire avec ses moyens, liées aux déplacements à pied, ou en véhicule, et à son stationnement. La manœuvre peut, dans certaines conditions, s’effectuer en terrain civil (exercices en terrain libre) et plus généralement dans les terrains militaires.

Pour la manœuvre en terrain militaire, cela suppose des aménagements du terrain (création et entretien d’axes de progression, de parcours à la conduite tout terrain, de zones de combat (environnement ouvert, urbanisé ou semi-urbanisé) et de stationnement (en dur, dur léger ou de type bivouac).

L’aguerrissement

Fondamentalement associé à l’esprit guerrier caractérisant le soldat des forces terrestres, l’aguerrissement est un démultiplicateur de qualités militaires individuelles et collectives. Il contribue largement à accroître la combativité des hommes, la capacité des unités à surmonter la rudesse des opérations actuelles et à répondre à l’exigence d’un engagement majeur en haute intensité. Il requiert la création et l’entretien d’infrastructures de préparation opérationnelle dédiée avec des parcours et pistes d’audace thématiques: verticalité, milieu humide, …

Par exemple, même si le camp de la Valbonne est constitué principalement de pelouses sèches, on y trouve aussi une zone humide avec le “Parcours mangrove” destiné à la préparation des unités déployées en Guyane pour l’opération HARPIE (chasse aux orpaillages illégaux)

Valbonne Parcours mangrove
Le parcours Mangrove de la Valbonne

Le combat en zone urbaine

L’action en zone urbaine (AZUR) requiert pour les unités des forces terrestres, de disposer d’infrastructures de préparation opérationnelle (IPO) leur permettant de s’entraîner de manière réaliste au combat embarqué ou débarqué, dans des environnement urbain et semi-urbains.

Ces infrastructures dédiées doivent idéalement être situées dans le prolongement des zones de manœuvres, afin de permettre la continuité de la manœuvre depuis les zones dites ouvertes (zones d’approche).

La simulation

Les moyens de simulation et de numérisation de l’espace de bataille permettent aux unités des forces terrestres de s’entraîner sans la réalité du terrain, mais augmentée de certaines possibilités, ceci en économisant du temps et certaines dépenses (carburant, munitions, maintenance des véhicules….).

Les impacts négatifs directs sur l’environnement de ces moyens peuvent également être considérés comme moins prégnants. Aussi, une intégration croissante de ces moyens aux séances et exercices d’entraînement est recherchée, dans une logique de réalité augmentée.

Le camp de La Valbonne dispose ainsi d’un Système d’Instruction au Tir aux Armes Légères (simulateur SITTAL)

Bâtiment du simulateur SITTAL

Pour assurer l’efficacité et le professionnalisme des forces armées françaises, l’entraînement à la manœuvre et au tir, l’aguerrissement et l’action en zone urbaine doivent être effectuées en milieu réel et ne pourront jamais être remplacés par ces moyens de simulation, qui ne resteront toujours qu’une valeur ajoutée.