Partager sur
Facebook

Partager sur
Twitter

Partager sur
Linkedin

Les 5 et 6 septembre dernier s’est tenu un comité de pilotage du LIFE NaturArmy rassemblant 35 personnes des équipes du réseau des Conservatoires d’espaces naturels et du réseau environnement du Ministère des Armées.

Les équipes ont été accueillies sur le site de l’ENSOA à Saint Maixent l’Ecole, dont le camp d’Avon, l’un des principaux camps d’entrainement de l’Ecole, est un site pilote du LIFE NaturArmy. Depuis 1997, le partenariat avec le CEN Nouvelle Aquitaine, permets la mise en œuvre d’une gestion écologique du camp d’Avon.

Au programme de cette rencontre : Présentation des avancées des actions du LIFE NaturArmy, ateliers de co-construction du Livret du Nouvel arrivant, valorisation des fiches retour d’expérience, définition d’une trame de plan de gestion vulgarisé et réflexion sur les actions de communication à destination des militaires.

L’équipe de l’ENSOA, en charge de la gestion du camp d’Avon et le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle Aquitaine ont guidé l’ensemble des participants au travers du camp afin de montrer les actions réalisées dans le cadre du LIFE NaturArmy afin de concilier une gestion exemplaire de l’environnement avec le déploiement des activités militaires (travaux sur les mares défenses incendies, réfection des ornières pour l’accueil du sonneur à ventre jaune, plantation de haies à vocation paysagère…)

Ces 2 jours riches en échanges ou l’équipe a pu concilier témoignages, co-construction et partage dans la convivialité et la bonne humeur !

Crédits photos : FCEN

Début juillet, une série de réunions menées par l’Etat-major de Zone de Défense Metz, le CEN Champagne-Ardenne et la Fédération des CEN se sont tenues à Valdahon, Strasbourg, Epinal et Verdun.

Grâce à un travail partenarial débuté il y a une trentaine d’années et construit progressivement avec les autorités militaires locales et régionales, le CEN Champagne-Ardenne est aujourd’hui reconnu comme un partenaire écologique principal pour accompagner les Armées dans la prise en compte de la biodiversité présente sur les camps de Champagne-Ardenne. Depuis 2019, le LIFE NaturArmy a permis à l’action du CEN Champagne-Ardenne de se déployer.

Fort de cette expertise, le CEN Champagne-Ardenne va accompagner dans les prochains mois les CEN de Lorraine, d’Alsace et de Franche-Comté pour le développement de partenariats CEN/Armées dans la Région Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté, régions qui possèdent de nombreuses emprises militaires.

L’idée est de mener un travail concerté entre les autorités militaires et les CEN pour évaluer la pertinence de formalisation de partenariats, sur les exemples de ce qui existe déjà sur 47 terrains militaires actuellement.

Ces réunions de lancement ont permis une première identification des camps pertinents et d’initier des prises de contacts, de présenter le rôle des CEN et la démarche menée en Champagne-Ardenne auprès des autorités militaires, notamment les bases de défense, les établissements et unités du Service d’Infrastructure de la Défense et les occupants des sites concernés (Régiments par exemple).

C’est là tout l’esprit du LIFE NaturArmy : profiter des retours d’expériences réussis et faire en sorte qu’ils soient diffusés auprès de l’ensemble des acteurs et qu’ils profitent au plus grand nombre !

Pascaline Caudal, doctorante, et Sébastien Gallet, directeur de thèse, ont publié le premier article scientifique du LIFE NaturArmy !

 

Pascaline Caudal, doctorante à l’Université de Bretagne Occidentale (au sein du Laboratoire Géoarchitecture Territoires, Urbanisation, Biodiversité, Environnement) mène depuis 2019 la thèse « caractérisation et spécificités des sites Natura 2000 sous emprise militaire » dans le cadre du LIFE NaturArmy, sous la direction de Sébastien Gallet, enseignant-chercheur, spécialisé en écologie.

Grâce à leurs recherches, une première publication scientifique a été réalisée. Cette revue bibliographique, publiée dans la revue scientifique Environmental reviews, a pour objectif de faire l’état de l’art des études scientifiques menées dans le monde afin de mieux comprendre les interactions entre les activités militaires et la biodiversité sur les terrains militaires.

Il apparaît que les impacts sur la biodiversité de tous les types d’entrainement ont été étudiés dans les zones militaires à l’accès et aux activités règlementées. Ce sont près de 400 articles qui traitent de ce sujet. La majorité des publications provient des Etats-Unis, d’Allemagne, du Royaume-Uni ou encore de République tchèque.

En France, les études scientifiques sur les terrains militaires et la biodiversité sont peu nombreuses. La thèse, menée en partenariat avec le ministère des Armées et les Conservatoires d’espaces naturels, va permettre de contribuer à l’avancée de la recherche dans le domaine, avec d’autres articles scientifiques à venir !

Retrouvez l’article sur Environmental review

Et sa notice sur la base documentaire des Conservatoires d’espaces naturels

Vous pouvez également contacter les auteurs.

Le 18 juin se tenait à Saint-Maixent-l’Ecole (Deux-Sèvres) une grande manifestation pour les 60 ans de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active. Démonstrations, expositions et animations se sont succédées toute la journée.

Le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle Aquitaine, partenaire depuis plus de 20 ans de l’ENSOA dans la prise en compte de la biodiversité du camp d’Avon, était présent !

 

Crédits photos : CEN Nouvelle-Aquitaine

Ce printemps, plusieurs stands vont permettre de présenter les actions menées dans le cadre du LIFE NaturArmy.

Ainsi, le Conservatoire d’espaces naturels de Loir-et-Cher tiendra un stand le dimanche 14 mai à Romorantin-Lanthenay aux portes ouvertes de l’Aéroclub de Sologne. Plus d’informations ici

Et le Conservatoire d’espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur sera les samedi 20 et dimanche 21 mai au Meeting de l’Air sur la base aérienne de Salon de Provence. Plus d’informations par ici

Le Ministère des Armées et les Conservatoires d’espaces naturels travaillent pour la prise en compte des enjeux biodiversité sur plus de 15 bases aériennes !

 

Crédit photo : DA 273 – MINARM

 

Le 12 avril 2023 dernier, le Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne et Saint Gond Archéologie et Patrimoine ont accueilli le CENTAC 1er BCP de Mailly dans la Réserve Naturelle Régionale du marais de Reuves. L’objectif était d’échanger sur les modalités de gestion d’une zone humide.

Cette opération de sensibilisation, menée dans le cadre du LIFE NaturArmy, a permis au CEN Champagne Ardennes de partager son expérience en matière de préservation et de gestion des milieux naturels aux militaires impliqués dans la gestion des camps de Champagne.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site du Conservatoire de Champagne-Ardenne

Crédits photos : CEN CA – A.BERTONI

Le 5 avril dernier, le Conservatoire d’espaces naturels de Champagne Ardenne a organisé en lien avec le Ministère des Armées, un Comité de pilotage de l’animation des sites Natura 2000 sur les camps de Champagne.

Cette réunion annuelle a permis de faire le point sur les actions conduites en faveur de la biodiversité sur terrain militaire. Les nombreux participants ont échangé sur les travaux de restauration de pelouses sèches conduits sur le camp de Suippes, sur la mise en place de pâturage dans le camp de Mailly, ou encore sur l’accompagnement des projets d’aménagement sur le camp de Mourmelon.

Les actions en faveur de la biodiversité n’ont jamais été aussi importantes et ambitieuses sur les terrains militaires de Champagne ! Félicitation à l’ensemble des acteurs !

Le 06 avril 2023, le Conservatoire d’espaces naturels Pays de la Loire, le 2e RIMA, la Direction des Territoires, de l’Immobilier et de l’Environnement et la Fédération des CEN ont présenté à Patricia Miralles, Secrétaire d’Etat chargée des Anciens combattants et de la Mémoire du Ministère des Armées, les actions menés sur le camp d’Auvours.

Depuis 2015, le 2e RIMA et le Conservatoire d’espaces naturels Pays de la Loire, mettent en œuvre un plan de gestion des milieux naturels du camp qui doit être évalué et renouvelé dans le cadre du LIFE NaturArmy pour mieux articuler les objectifs Natura 2000 et l’activité militaire.

La préservation de la tourbière vise à :

–        protéger la biodiversité remarquable qu’elle héberge (Drosera intermedia)

–        restaurer le rôle de ces zones humides dans le stockage du carbone pour contribuer à l’atténuation du changement climatique.

Une occasion pour le Ministère des Armées de réaffirmer son engagement pour la biodiversité dans le cadre de la Stratégie biodiversité horizon 2030.

Crédits photo : Ministère des Armées (2eRIMA), CEN PDL

Ce mardi 28 mars, l’état-major de zone de défense Sud-Ouest organisait une journée d’études et d’information sur la « défense des forêts contre l’incendie » (DFCI) sur le champ de tir de Captieux en Gironde. La réunion des référents sur le sujet DFCI des Armées de Nouvelle Aquitaine, du Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle Aquitaine, de l’ONF, des Services départementaux d’incendie et de secours a regroupé une soixantaine de personnes.

Des retours d’expérience sur les incendies de l’été 2022, le partage de bonnes pratiques et de recommandations d’experts ont permis de réfléchir à l’optimisation de la préparation collective de lutte contre les feux de forêt.

Le CEN Nouvelle Aquitaine a ainsi pu présenter ses actions menées sur le camp de Montmorillon dans le cadre du LIFE NaturArmy pour améliorer l’attractivité écologique des pare feux sur le camp. Des expérimentations sont en effet à l’œuvre pour transformer certains pare feux labourés avec une faible attractivité écologique en prairies, via une collecte de graines d’espèces prairiales sur place. Le retour d’expériences sur cette action contribuera à l’action « Meilleure articulation des objectifs Natura 2000 avec l’activité militaire » du LIFE.

La journée a également permis la signature de la première convention de partenariat écologique entre la base aérienne 118 et le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle Aquitaine. Cette convention de 3 ans vise à améliorer la connaissance écologique et assurer la préservation des enjeux écologiques, paysagers et écologiques du champ de tir de Captieux, tout en maintenant les activités militaires sur le terrain. Le site de Captieux rejoint donc la grande famille des terrains militaires en partenariat avec un Conservatoire !

Une sortie sur le terrain a enfin été l’occasion de découvrir ce terrain militaire, l’un des plus grands champs de tir d’Europe, composé de grandes surfaces de landes et de peuplements forestiers, et avec un réseau de zones humides et de lagunes artificielles. Une démonstration de gestion par brûlage dirigée a également été montrée aux participants.

Navigation des articles